Au temps des Roches

Travaillait-on déjà la vigne aux temps

Travaillait-on déjà la vigne aux temps où la place forte de Berrye n’était qu’une «roche», simple puits de lumière creusé dans les profondeurs du tuffeau, pour éclairer les vastes caves où s’organisait la vie quotidienne et la défense contre le viking ? Nul ne sait.

L'an mil

Mais à coup sûr, dès l’an Mil, le

Mais à coup sûr, dès l’an Mil, les moines du monastère Saint-Jean, tout proche, en avaient planté pour assurer le service divin. Certainement le chenin blanc, ce cépage ligérien par excellence, qui offrait l’avantage de ne pas tacher les vêtements liturgiques. Mais aussi le cabernet franc qui porte encore le surnom de «Breton».!

Mais la Seigneurie de Berrye avait aussi ses exigences, et l’on dispute encore pour savoir qui de l’épée et du goupillon avait le meilleur de ces clos .!
Passé l’an Mil et ses terreurs, la forteresse de Berrye sortait enfin de terre, s’entourait de douves sèches, élevait des courtines et s’éveillait à la vie brillante du premier Moyen-Âge où les vins de Berrye coulaient sans mesure les soirs de fêtes...

La fortesse, le village

Il en fallait aussi du vin pour soutenir le mo

Il en fallait aussi du vin pour soutenir le moral des gardes du pont-levis de la Porte Saint-Martin ou dans la tour des archers. Il en fallait encore pour le service de Dieu car le Seigneur de Berrye avait érigé sa chapelle privée.!

Les siècles s’écoulent. Des Bérenger, les fondateurs, la citadelle passe aux Amboise puis aux La Tremoille, voisins, vicomtes de Thouars. Les guerres privées deviennent nationales contre l’Anglais.!

Place au Village!

Puis une paix relative avec le

Puis une paix relative avec les Bourbons jointe aux progrès de l’artillerie rendent inutiles remparts et bretèches. Les gens du pays occupent les douves où ils creusent dans la contrescarpe leur logis, leur étable, leur atelier. Un vrai village ! Et puis leur cellier... ! !

1692…

Revers de fortune chez les La Tremoille ?

Revers de fortune chez les La Tremoille ? Ils doivent vendre Berrye et ses nombreux droits seigneuriaux. Les Dreux-Brézé voisins achètent mais n’animent guère la place, occupés qu’ils sont à commander les armées du grand Roi ou à lui faire la cour à Versailles.

Passées les tourmentes révolutionnaire et impériale, survient un descendant, prince de l’Église, évêque de Moulins qui s’éprend de la vieille forteresse et projette de la restaurer.

Ce Dreux-Brézé n’était pas seulement bâtisseur. Voulant peut-être « racheter » ses tendances réactionnaires en politique par une démarche sociale « hardie », il voulut sans doute organiser dans le périmètre du château une sorte de phalanstère rural. Les vignes ne sont plus plantées « à la volée » mais alignées en rangs serrés.

Le pressoir « casse-cou » laisse place au pressoir vertical à cage dont on voit encore l’énorme vis avec son mécanisme et la vaste anchère où ruisselait le jus odorant du bon chenin... 

Le château
domaine & vins
boutique
agenda

Bienvenue

Du vendredi 14 juin 2013 au samedi 01 novembre 2014

Le Château de Berrye est ouvert à la visite et vous accueille de 10h00 à 18h00 tous les jours.

Le château de Berrye : acheter vin de Saumur vieux millésimes et grands volumes : magnums,

Le château de Berrye

2 rue du Château, 86120 Berrie

Jacques Pareuil

06 85 54 10 65 - jacques@chateaudeberrye.com

Ouverture

Tous les jours de 10h à 18h.

Pour vous réserver le meilleur accueil, veuillez nous prévenir de votre visite.

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTé - sachez consommer avec modération

Epifolio I Terre de Pixels